Un papa abusif

Je garde des enfants depuis plusieurs années déjà mais je n’avais encore jamais été confronté à un tel cas de conscience. J’ai sous ma garde deux petites filles âgées de 1 an et demi et deux ans, Célia et Pauline, ainsi qu’un garçon de 3 ans qui va bientôt rentrer à l’école maternelle, Alexandre. J’ai connu beaucoup de parents et je n’ai jamais eu de problèmes particuliers, la plupart sont même devenus des amis auxquels je rends visite ou dont j’ai des nouvelles, au moins au moment des fêtes de fin d’année. Célia est une petite fille blonde et potelée qui vous observe avec ses grands yeux verts émeraude et vous donne envie de redevenir mère. Elle ne parle pas encore beaucoup contrairement à Pauline qui semble très en avance pour son âge. Elle connaît beaucoup de chansons et a une capacité étonnante à répéter ce qu’elle entend. Quant à Alexandre, un petit bout de chou gai et vivant aux cheveux noirs tel que je le voyais, je ne retrouve plus chaque jour de la semaine qu’un enfant morne et apathique.
Le changement s’est produit courant mars 2006. J’avais trouvé Alexandre bizarre au retour du week-end et je m’étais dit qu’il était peut-être malade donc j’en avais averti ses parents. Sa mère avait répondu qu’elle n’avait pas décelé de changement dans le comportement de son fils mais qu’il avait peut-être été affecté par la mort accidentelle de son hamster nommé Amy. La pauvre bête, comme l’avait raconté le papa d’Alexandre, était tombée de sa cage alors que la porte était restée ouverte et s’était brisée la colonne vertébrale. On avait di à Alexandre qu’il était monté au paradis.

L’explication m’avait paru tout à fait claire : Alexandre venait de faire l’expérience de la perte d’un être cher et cela s’avère toujours difficile quand c’est la première fois.
Les semaines passant, le comportement d’Alexandre semblait aller de mal en pis. Il avait moins d’appétit et avait tendance à s’isoler et ne jouait plus avec Célia et Pauline. La réaction de ses parents lorsque j’évoquais son comportement pour la seconde fois me surprise. Ils paraissaient serein et m’expliquèrent qu’Alexandre avait été malade le week-end dernier et que outre ceci tout allait bien. C’est à ce moment précis que j’ai pensé qu’ils ne se rendaient compte de rien ou plutôt qu’ils ne le voulaient pas.
Je décidais donc d’en parler directement avec Alexandre. Je lui demanda pourquoi il ne voulait pas jouer, si quelque chose n’allait pas, s’il ne se sentait pas bien mais je me heurta à un mutisme des plus total. Pauline, d’une curiosité sans borne et qui avait laissé traîné une oreille attentive s’écria soudain : « Alexandre il est triste car son papa il a tué Amy ». La réponse d’Alexandre ne se fit pas attendre, il se jeta sur Pauline en la traitant de menteuse et je fus obligée de les séparer avec autorité. « Qu’est que tu racontes pauline ! Tu sais bien que le papa d’Alexandre n’aurait jamais fait une chose pareille ! » répliquais-je peu après. « Je dis pas des bêtises, c’est Alexandre qui me l’a di mais il m’avait demandé de promettre. C’est pour ça qu’il s’est énervé » répondit aussitôt la petite fille. Alexandre fondit alors en larmes.
Il était évident que quelque chose n’allait pas et je devais tirer ça au clair. Je mis la cassette de Oui-Oui aux filles afin de me retrouver seule avec Alexandre et je le fis asseoir sur mes genoux dans la cuisine. Je lui pris la main, l’embrassa et lui dit doucement : « tu sais que tu peux tout me dire Alexandre, je suis ta Nounou et je suis là pour t’aider. Je m’inquiète pour toi et ton papa et ta maman aussi. Qu’est que tu as mon chéri ? Est-ce vrai ce que Pauline a di tout à l’heure ? » Alexandre opina de la tête. La réponse que j’attendais n’était pas celle-là mais devais-je croire sur parole un enfant de trois ans ? Il me fallait plus de précisions. « Que s’est-il passé ? –Mon papa a pris Amy dans ses mains et il a fait tombé Amy. Et il est mort. –Pourquoi ton papa aurait-il fait une chose pareille mon chéri ? –Je peux pas vous répondre, j’ai pas droit de le dire, ajouta t-il. » La scène semblait invraisemblable. J’étais l’adulte, prête à tout entendre, du moins c’est ce que je croyais et un enfant de trois ans ne voulait pas me mettre dans la confidence. « Et pourquoi tu ne peux pas me le dire mon chéri ? – Pas’que mon papa va se fâcher très très fort… » En entendant ces mots, mon cœur fit un bond. Mon esprit se mit en éveil. Je tenta de chasser mes idées noires mais le regard soutenu et grave d’Alexandre me les renvoya tel un boomerang en pleine figure.
Une semaine plus tard, mes pires craintes s’étaient matérialisées. Alexandre, avec l’aide en urgence d’un psychologue pour enfant venait d’avouer les attouchements subis par son père ; lesquels étaient totalement ignorés de sa mère. Le hamster avait bien été tué par le père de l’enfant, celui-ci avait promis à son fils le même sort au cas où il viendrait à parler de leur petit secret.

Une réponse à Un papa abusif

  • chiex dit :

    N’écoute pas petite Poussine tu as une chevelure magnifique c’est juste qu’elle manque un peu de souplesse mais elle est très prometteuse. Alors bonne fête (mais c’était Paulin bien moins beau que Pauline) Bisou, céline, gratouille..

Laisser un commentaire

Partenaires