Trahi par le téléphone

Je suis secrétaire pour un docteur assez renommé dans ma région. Vous comprendrez vite pourquoi je tais mon nom et le lieu où je travaille.
Nous étions un mardi, le docteur faisait sa pause du midi.
Etant seule, en plein été, rien à faire (oui, ça peut arriver), je décide d’appeler un client qui me plaisait beaucoup et à qui, je le savais, je plaisais.
Etant professeur des écoles, il ne travaillait pas.
Il a rapidement répondu à mon appel et est vite venu à ma rencontre. Une fois arrivé, nous nous sommes abstenus de toutes conversations inutiles et avec les doubles des clefs de mon boss, nous voilà collé serré dans le bureau du docteur.
J’avais fait bien de nous enfermé à l’intérieur.
Mais au bout de quelques minutes, je reconnais la voix de mon patron qui s’approche de plus en plus.
Malins comme nous sommes, nous n’avions pas fait attention à l’heure, la pause était terminée.
Nous nous sommes rués dans le seul et unique placard. Espérons qu’il n’a rien à y chercher.
Il entre, raccrochant son téléphone.

Il pose ses affaires, regarde aux alentours et se lâche complètement … comment l’expliquer d’une manière assez délicate… je ne trouve pas alors je vous explique ouvertement.
Il s’est mis à péter tellement de fois et d’un bruit si fort.
Il rit tout seul, ouvre sa fenêtre (Dieu merci) et s’assoit dans son fauteuil.
Cachée, je dois avouer que je n’ai pas ri, même si aujourd’hui je trouve cette situation hilarante.
Son téléphone à la main, il appelait quelqu’un, et marmonnait quelque chose d’inaudible.
Et là, mon téléphone portable se met à sonner.
Il regarde en direction du placard. Je suis sorti du placard, extrêmement gênée, faisant signe à mon amant de rester là. J’inventai au docteur une raison de ma présence dans ce placard, me disant que lui aussi avait des raisons d’être gêné.
J’inventai également une excuse pour qu’il vienne au secrétariat, vérifier des documents.
Ainsi mon compagnon de galère pouvait s’échapper de la fenêtre (nous étions en rez de chaussée).
Plus jamais mon patron ne me reparla de cette situation, je reçus même une petite prime en fin du mois, surement pour taire cette histoire.
Je ne revis qu’à de rares occasions ce charmant client mais nous n’avons jamais poursuivi ce que nous étions en train de faire et nous n’avons jamais reparlé de ce à quoi nous avons assisté.

Laisser un commentaire

Partenaires