fille

Un papa abusif

Je garde des enfants depuis plusieurs années déjà mais je n’avais encore jamais été confronté à un tel cas de conscience. J’ai sous ma garde deux petites filles âgées de 1 an et demi et deux ans, Célia et Pauline, ainsi qu’un garçon de 3 ans qui va bientôt rentrer à l’école maternelle, Alexandre. J’ai connu beaucoup de parents et je n’ai jamais eu de problèmes particuliers, la plupart sont même devenus des amis auxquels je rends visite ou dont j’ai des nouvelles, au moins au moment des fêtes de fin d’année. Célia est une petite fille blonde et potelée qui vous observe avec ses grands yeux verts émeraude et vous donne envie de redevenir mère. Elle ne parle pas encore beaucoup contrairement à Pauline qui semble très en avance pour son âge. Elle connaît beaucoup de chansons et a une capacité étonnante à répéter ce qu’elle entend. Quant à Alexandre, un petit bout de chou gai et vivant aux cheveux noirs tel que je le voyais, je ne retrouve plus chaque jour de la semaine qu’un enfant morne et apathique.
Le changement s’est produit courant mars 2006. J’avais trouvé Alexandre bizarre au retour du week-end et je m’étais dit qu’il était peut-être malade donc j’en avais averti ses parents. Sa mère avait répondu qu’elle n’avait pas décelé de changement dans le comportement de son fils mais qu’il avait peut-être été affecté par la mort accidentelle de son hamster nommé Amy. La pauvre bête, comme l’avait raconté le papa d’Alexandre, était tombée de sa cage alors que la porte était restée ouverte et s’était brisée la colonne vertébrale. On avait di à Alexandre qu’il était monté au paradis.

Continuer la lecture

J’ai vengé ma fille

Je fais un métier que beaucoup de personne déteste. Je suis juge, et pour cela les gens me détestent.
Il est dur de leur faire comprendre qu’en dehors de mon métier, de ma fonction, je suis un homme comme un autre.
Il est vrai que pendant que j’occupe ma fonction, je joue un rôle.
Je suis Mr le juge.
Mais lorsque je rentre chez moi, je suis une autre personne. Je suis Mr Esmanin.
Ce dédoublement de personnalité est nécessaire pour moi, car durant un procès j’essaie au maximum de laisser mes opinions au placard.
Je n’y arrive jamais vraiment.
Personne, aucun juge n’y arrive. Ce n’est pas possible.
Mais une chose est sûre, durant un procès, à défaut d’avoir chassé totalement mes opinions personnelles, je ne suis plus vraiment Mr Esmanin.
Ce même monsieur que je suis à la ville, qui est marié et qui a deux filles.
Cependant, je me rappellerais toujours ce lundi matin.

Continuer la lecture

Partenaires