femme

Prix de vente pour le lot indissociable

Personne n’a voulu me croire au bureau. La prochaine fois, j’emmène mon stagiaire avec moi, ça fera un témoin.
L’autre jour, je vais visiter l’appartement qu’une cliente veut mettre en vente. C’était celui de sa mère, décédée il y a quelque temps.
Je vais au rendez-vous, où elle m’attend avec un homme plus âgé qu’elle me présente comme son beau-père (le veuf). Je visite: appartement en centre-ville superbe, spacieux, lumineux, bien agencé,
enfin, le genre d’appartements qui se vendent comme des petits pains, même avec un prix exagérément élevé.
Enfin, du tout cuit quoi, je m’imagine déjà tout ce que je vais pouvoir acheter avec ma commission, une nouvelle voiture peut-être…
Seulement voilà: elle en demande un prix… incroyablement, inimaginablement, invraisemblablement bas.
Je cherche le défaut caché, mais pourtant, il n’y a a priori aucun problème: pas d’amiante, pas de voisins agaçants, pas de travaux en bas de la rue,… Continuer la lecture

Mise au point à la pharmacie

L’histoire que je vais vous raconter s’est passée dans ma ville ex-soviétique, où on ne nous accueillait pas avec le sourire dans les lieux publics, comme dans les villes ouest-européennes. Pourtant, il y a bien quelques fois où on s’y amuse vraiment bien. C’est pour cela que j’aime tellement ma ville.

Par une belle matinée d’automne je faisais la queue dans une pharmacie proche de mon quartier, qui est d’ailleurs la seule du quartier. Je savais que je devais au moins attendre 20 minutes pour que ce soit mon tour, car il y avait à peu près 10 personnes devant moi, et un seul guichet. A cela s’ajoute la vendeuse, une jeune femme assez lente et peu aimable. J’étais convaincu que cette vendeuse n’avait pas choisi cette profession, car elle ne semblait pas être épanouie dans son travail et ce n’était pas son choix de travailler ici. Mais ce n’est rien d’autre que ma constatation, qui est d’ailleurs peu vraisemblable; tout d’abord parce que le concours à la faculté de pharmacie était assez difficile et, de plus, tous les vendeurs de ma ville sont pareils. On peut alors en conclure qu’il faut éviter d’être malade, non pas pour les maux de tête qu’elle nous transmet, mais pour les vraies souffrances qui règnent dans les pharmacies.
Continuer la lecture

Partenaires