café

La bouteille du courage…

Comme chaque matin, le réveil sonna, affichant 5h30.
A peine avais-je levé les couvertures, que mon corps fut envahi de spasmes, comme transpercé par une multitude d’épées aiguisées. Il faisait froid, trop froid. L’hiver était arrivé en ville, et à une heure si matinale, la température devait avoisiner les 1 degré. Dans ces cas là, plus vite on s’habillait, plus vite on pouvait exalter le moment du café bien chaud.
Le but était de se motiver assez pour rejoindre les compagnons de route à 6h45 précises, au départ des camions. Tout le monde fut à l’heure et nous avons donc pu commencer vite notre embardée. Chacun faisait des blagues ridicules pour essayer d’oublier le froid environnant. Nos mains gelées nous donnaient l’impression de se briser totalement au fur et à mesure que nous empoignions les poubelles pour les vider. Malgré nos grosses chaussures, je ne sentais plus mes pieds, et mon corps tremblait de façon incontrôlée.
Le café habituel chez madame Lapierre, une femme âgée, drôle et adorable ne fut jamais aussi réconfortant que ce jour là. Il nous donna du courage pour continuer et affronter le regard de certaines personnes bien trop hautaines pour estimer nos services. Continuer la lecture

L’assurance-vie d’un homme encore vivant

Une journée de travail ordinaire, la saveur d’une soirée lobotomisante devant la star academy encore fraiche dans le cortex , il est 9h. Un long va-et-vient quotidien entre les ennuis de M. Dupont, l’accident responsable de Mme. Faulignon, la machine à café, les discours répétitifs et oppressants de notre cher chef d’agence, la photocopieuse. Je m’installe face à la tasse de café et me laisse absorber par celle-ci, semblant symboliser mes pensées. Elles me disent qu’il est temps de vivre de ma passion: l’écriture. Une douce chaleur m’envahit, je suis sur le flanc ouest d’une gigantesque montagne, le soleil berce la nature qui se dérobe sous mes pieds pendant qu’avec un petit calpin et un peu d’encre, j’écris. J’écris de longues phrases, décrivant les émotions qui me traversent dans ce décor apaisant et inhabituel pour moi. Mais un bruit désagréable me surprend et m’arrache de la tasse de café. Ce même son se fait entendre et il m’est familier, c’est le téléphone qui s’est mit à sonner, je toussote afin d’avoir une voix claire, hypocrite, agréable et décroche.

Continuer la lecture

Partenaires