Service à la personne :

La marque sur le parfum

Je m’occupais de Madame X depuis quelques semaines et nous nous entendions, en tout cas me semblait-il, plutôt bien. Aussi ne m’attendais-je pas à ce qui allait suivre. Il faut dire que Madame X, sans vouloir lui chercher d’excuses, elle avait l’âge de ses artères ! Et, entre nous, ses artères n’étaient pas toutes jeunes…

Un jour donc, elle vint me voir en m’accusant de ne pas être une personne de confiance !
Je reste clouée, puis me ressaisis et finis par lui demander ce qu’elle me reproche.
« Vous me volez !! » m’entendis-je répondre.
« Et je peux savoir ce que je vous vole ? »
« Vous me volez ! Vous m’avez volé pleins de choses et du parfum de marque aussi! »
Où a-t-elle bien pu chercher ça ?! Début de réponse à mes interrogations : « Ma bouteille de parfum se vide beaucoup plus vite qu’avant depuis que vous vivez ici !  »
Forcément ! Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?!
Je passe de la surprise à l’amusement. Puis je lui répond que je ne me serais jamais permis « d’emprunter » son eau de cologne.
Pas moyen de lui faire entendre raison : « J’ai des preuves me dit-elle !

Continuer la lecture

Une femme malade mais si souriante.

Assistante de vie: assister les personnes dans l’exécution des tâches de la vie quotidienne. Cela peut paraître banal et ça l’est par contre ce qui l’est moins ce sont les personnes que l’on amené à rencontrer. Quand on me confia Madame G. souffrant de la maladie d’Alzheimer, j’eus beaucoup d’appréhension.
Approchant de mon lieu de rendez-vous, me voilà face à une petite maisonnette défraichie par les ans, usée par les événements , fissuré comme les veines que le temps fait remonter à la surface de la peau. En la voyant, on pouvait entendre ses portes grinçantes, sentir l’odeur poussiéreuse qu’elle renferme, imaginer les motifs à peine visible d’un papier peint à la mode d’années lointaines.
La personne chargée de me donner les clés de la demeure se présenta: « Bonjour, puisque vous êtes là je vais vous montrer la maison » me dit-elle d’un ton pressé. Sagement je la suivis, je la vois ouvrir mille et un verrous sur son passage.

Continuer la lecture

Partenaires