Sécurité (publique) :


Personne n’a vu !

Comme tous les matins, mon réveil sonne infailliblement à 6h30.
Il fait froid, j’ai peu dormi, et déjà le souvenir de mon rêve si merveilleux dans lequel je ne passais pas mes nuits seule s’estompe. D’un geste mécanique je me lève, café, tartines, nettoyage, maquillage, et j’enfile ma tenue de travail. Dehors il neige.
Décembre, le froid, la boue, le ciel éternellement gris.
Je salue Nina, la concierge, personne dont le visage fatigué m’annonce l’humeur.
Pour ne pas me mettre en retard, je feins de n’avoir pas entendu le début de sa phrase qui n’en finirai jamais :
« Ah ces communistes ! Pourquoi continuent-ils à … ».
La porte claque et je file au métro. Après une heure et demi soit trois lignes de métro et sept arrêts de tramway, j’arrive à l’aéroport Sheremetevo auquel je me rends tous les jours à l’exception du jour saint.
Je salue Ania et Serguei et je m’assois derrière ma vitre pour débuter le contrôle des passeports.

Continuer la lecture

Partenaires