Pour un camion de liquide !

Alors que je travaillais dans un magasin Leclerc en tant que job étudiant, je m’occupais de décharger les camions avec un chariot autoporté (un Clark), poste que j’affectionnais beaucoup puisque que je suivais des études de logistique.
Mon chef,un homme bourru mais fort sympathique au fond, vient me voir pour m’annoncer que le lendemain matin j’aurais une grosse livraison de liquide. Il me rappela donc que je devais penser avant de partir à mettre le fenwick à recharger pour ne pas avoir de soucis de panne.
J’y pensais toute la journée et le moment venu, je m’en vais chercher le chargeur, le branche à l’engin et je débauche l’esprit tranquille, le sentiment d’avoir préparé correctement mon travail de demain.
Le matin en question, j’arrive donc motivé pour cette grosse livraison et dés que le camion se présente je débranche l’engin, y monte, tourne la clé et là ! « Batterie bientôt vide » ! C’était pas possible, j’étais certain d’avoir branché l’engin avant de partir.

Après être passé par tous les états, j’alerte mon chef et je lui explique que j’avais bien branché au chargeur lorsqu’il m’interrompt et me demande « et le chargeur tu l’as branché ? ». Je baisse les yeux, oups…
Tout ça pour vous dire que je me rappelerais de cete journée pendant très longtemps puisque je dû utiliser un transpalette manuel pour décharger ce fichu camion que m’apportais des tonnes de liquides, ce qui me provoqua des courbatures que je dû subir pendant plusieurs jours sans pouvoir me plaindre.
Ce qui est sûr c’est que maintenant je vérifie toujours que le chargeur est relié aux deux extrémités.

Laisser un commentaire

Partenaires