Intermitant :

Acteur

Ma carrière sur scène grâce à Claude

Un brouhaha qui lentement s’éteint, le rideau qui tremble, les projecteurs braqués sur moi comme autant de menaces, me voici à la genèse de ma carrière d’acteur. Enfin, je souhaite que cela devienne une carrière, car celle-ci commence modestement par un rôle classique et muet, autant dire figurant, mais figurant dans une oeuvre, un sommet de la littérature française: Le Cid, de Corneille.

Mis en scène par Claude Petipeni, j’interprète tous les muets du cid, qui une servante, qui un valet, qui un soldat, grâce au génie du maquilleur. Nous sommes peu nombreux sur scène, mais toujours plus que dans la salle d’après ce que j’aperçois de prime abord. Un homme endormi, deux enfants, la concierge, la famille de quelques vedettes de la pièce, un couple juvénile qui devait penser se rendre au cinéma en entrant ici et qui faute de mieux s’embrasse copieusement, une dame d’un certain âge, dont le sourire édenté et le front prohéminent évoque le monstre du loch ness marié au grand canyon, et bien sûr Claude Petipeni lui-même. Vive le theâtre, vive l’art, vive nous…

La métaphore me fait sourire, je me reprends, je crois jouer un pot de fleur dans ce premier acte, un pot de fleur, décemment, ne sourit pas…
Continuer la lecture

Face au rideau rouge

La portière s’ouvre,  je sors de la jolie berline noire encadré de deux gardes du corps robustes et massifs.  Nous grimpons les marches situées à l’arrière du bâtiment. Des voix me parviennent, les éclats de rire et le ton des discussions traduisent une certaine excitation, une sorte d’impatience. J’imagine très bien la foule amassée à l’avant du grand bâtiment, des couples, des groupes d’amis, des familles venues se divertir le temps d’une soirée, et oublier les soucis du quotidien. La tension commence à monter, je sens ce petit nœud dans mon estomac, si habituel à présent. J’entre dans une petite salle à l’éclairage tamisé, l’un des murs est recouvert de miroirs,  tandis que celui situé en face accueille des étagères où toutes sortes d’accessoires sont disposées.  Je m’assied sur un fauteuil à roulettes face à l’un des miroirs, tandis qu’autour de moi les maquilleuses, coiffeuses et retoucheuses, s’agitent une brosse dans la main, un pinceau entre les lèvres Les mots s’entremêlent dans ma mémoire, pourtant je les ai répétés encore et encore.

Continuer la lecture

Partenaires