Faut pas se voiler la face !

Agenouillée sur le sol poussiéreux, mon regard capte les moindres mouvements.  La chaleur est étouffante, le soleil tape dans le creux de ma nuque, et pourtant je pourrais rester là des heures, simplement pour saisir l’image qui me permettra de transmettre aux personnes qui verront ces photographies, tout les sentiments que j’ai face à la vue de ses enfants noyé dans les déchets, à la recherche de nourriture. Il est difficile d’intégrer dans une photographie la réalité que j’ai face à moi, pourtant il faut ouvrir les yeux aux populations aisées qui se sentent rarement concernées par la misère dans le monde. Je dois jouer avec les prises de vues, les angles et les jeux de lumière, et saisir les expressions ou les gestes les plus fugaces qui atteindront les lecteurs au plus profond de leur âme. Mon appareil photo est mon principal compagnon, je parcoure les pays ainsi, informant les populations du monde, de l’état dans lequel celui-ci se trouve aujourd’hui. Tout n’est pas beau, tout n’est pas simple.

Comment faire comprendre aux Français, aux Américains … qu’à ce jour des milliers d’enfants travaillent dans des conditions abominables, et se battent contre la faim et les maladies. Je pense qu’un article n’est pas suffisant lorsque l’on vit loin de cette misère, c’est pour cela que chaque jour mon travail est à la fois un combat. Face à l’indifférence des pays aisés, je veux jeter aux visages des gens, ces images, souvent choquantes, souvent troublantes, afin qu’enfin ils ouvrent les yeux, et regardent la réalité en face.

Laisser un commentaire

Partenaires