En balayant le trottoir

Froid. Nuit. Errance. Je me rappelle très bien ce jour, c’était un vendredi matin de décembre pour moi tout était ordinaire encore une journée à passer dans le froid à balayer le trottoir.
Fermement agrippé au balai j’essayais de visualisé le weekend pour me donner du baume au cœur.
Quand un vague cliquetis réveilla mon attention, me concentrant je regardais autour de moi prés à affronter un mauvais coup. Quelques jeunes qui chercherai des embrouille ou a me faire peur.
Rien. Le vide, juste quelques silhouettes lointaines emmitouflés dans leur gros manteaux présent le pas pour regagner la chaleur de leurs foyers, des magasins pas un regard pour moi.
Reprends-toi aller, encore une journée à passer dans le froids.
Je reprenais mon balaie, raffermissait ma prise dessus pour empêcher mon esprit de vagabonder.
Encore se bruit, un tintement léger, je regarde autour de moi. Rien. Puis, quand je me remets au travail ce même bruit.

Tant pis pour mon amour propre et si j’ai l’air d’un crétin, je me mets à genoux non sens douleur, le froids ayant raidit mes articulations.
Je tends ma main vers les détritus c’était lui ou moi ce bruit me rendait fous, il fallait que j’en trouve la source.
Merde. Juste une bouteille qui cogne contre ce satané trottoir, mais à quoi je m’attendais aussi à mon âge à trouver le trésor des templiers. Quel idiot. J’allais me relever quand un scintillement attira mon attention contre la bouteille de verre se tenait un objet que j’avis du mal à distinguer.
Me fichant du regard des gens qui devait se demander ce que cette adulte faisait accroupie entre le caniveau et le trottoir.
Je tends la main, et la un trésor oui bien sûr pas celui des films de pirates pleins de splendeur mais juste une jolie montre de bric et de broc, pour enfants en métal.
Je pensais à l’enfant sa mine déconfite en ne voyant plus cette montre qui le faisait paraître plus grand, ses yeux débordant de larmes.
Puis je pensais à la joie de mon fils devant cette trouvaille, son regard émerveillé quand je lui raconterais comment son père avait bravé le froid, la tempête pour lui trouver ce présent.
Ce jour n’était peut être pas si habituel, en regardant avec un peu plus d’imagination je pourrais inventer une histoire pour mon fils en lui apportant la montre.
Peut être même que ce matin, cette journée m’apporterai d’autres surprises, d’autres trésors.
Le cœur léger je reprenais mon travail en pensant à la joie de mon fils et à la chasse au trésor que j’avais mené aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Partenaires