Agent de presse le soir d’un match

Aux alentours de l’âge de 14 ans, le métier de journaliste m’attirait énormément. Mon père connaissant M. Audouin, commentateur des matchs de football sur RTL pour la région Ouest, lui demanda, sans me tenir au courant, si une soirée de stage était possible. Un jeudi soir, le téléphone sonna, ma mère décrocha et me tendit le téléphone. Mon père, qui était au bout du fil me demanda sans précision,  » Que fais-tu samedi soir ?  » et je répondis sans hésiter  » Rien « . Il rigola et m’annonça  » Alors tu seras au match Nantes-Bordeaux en tribune de presse « .
Nous voilà donc partit le samedi, mon père ayant également obtenu une place présidentielle. Je me retrouvais donc au Stade de la Beaujoire, au milieu de la tribune de presse, avec un casque sur les oreilles, découvrant le métier de journaliste. A la fin du match, une nouvelle surprise m’attendait. M. Audouin avec qui j’étais, m’annonça :  » Viens, nous allons à la sortie des vestiaires pour effectuer les interviews « . Je pénétrais alors en salle de presse, où se trouvait tous les journalistes que j’entendais à la radio ou voyait à la télé d’habitude. Les deux équipes sortirent des vestiaires, je me trouvais là, à côté de mes idoles, sans pouvoir dire un mot, juste observer et profiter.

Ensuite, il fallait préparer le petit reportage d’après-match, tâche à laquelle je ne participais pas bien sûr. Enfin, nous devions retrouver mon père à côté de la tribune de presse et sortir du stade ensemble.
A ma surprise, mon père avait pénétré dans la tribune de presse, vêti de son bonnet et son gros manteau, accompagné d’un verre de vin rouge et d’un sandwich au fromage. Ma première réaction fut la surprise puis il nous expliqua qu’il avait parlé à un stadier en nous attendant et que celui-ci l’avait laissé passer le petit muret séparant la tribune présidentielle et la tribune de presse. Il s’était ensuite dirigé vers le buffet prévu pour les officiels et les invités et s’était gentillement servi. Ma deuxième réaction fut la moquerie. Combien de père sont-ils à ce point sans gêne ?

Laisser un commentaire

Partenaires