Archives mensuelles : juin 2012

Ma carrière sur scène grâce à Claude

Un brouhaha qui lentement s’éteint, le rideau qui tremble, les projecteurs braqués sur moi comme autant de menaces, me voici à la genèse de ma carrière d’acteur. Enfin, je souhaite que cela devienne une carrière, car celle-ci commence modestement par un rôle classique et muet, autant dire figurant, mais figurant dans une oeuvre, un sommet de la littérature française: Le Cid, de Corneille.

Mis en scène par Claude Petipeni, j’interprète tous les muets du cid, qui une servante, qui un valet, qui un soldat, grâce au génie du maquilleur. Nous sommes peu nombreux sur scène, mais toujours plus que dans la salle d’après ce que j’aperçois de prime abord. Un homme endormi, deux enfants, la concierge, la famille de quelques vedettes de la pièce, un couple juvénile qui devait penser se rendre au cinéma en entrant ici et qui faute de mieux s’embrasse copieusement, une dame d’un certain âge, dont le sourire édenté et le front prohéminent évoque le monstre du loch ness marié au grand canyon, et bien sûr Claude Petipeni lui-même. Vive le theâtre, vive l’art, vive nous…

La métaphore me fait sourire, je me reprends, je crois jouer un pot de fleur dans ce premier acte, un pot de fleur, décemment, ne sourit pas…
Continuer la lecture

le chat rescapé des flammes

Je n’avais jamais pensé que mon entrée dans la caserne des pompiers me donneraient l’opportunité de pouvoir exercer mon métier aussi rapidement dès la première soirée. Je pensais qu’en tant que nouveau parmi le corps des pompiers ne me donnerait que le statut équivalent pour nettoyer le camion et d’autres tâches que l’on donne en premier lieu. Pourtant l’alarme a sonné et le chef a demandé ma présence à ses cotés pour affronter les flammes dans un quartier résidentiel de la banlieue ouest. A peine ai-je eu le temps d’emporter mes affaires avec moi que le camion démarrait en trombe dans la nuit, profilant son éclaireur dans les nuits sombres de New York. Une si belle ville pendant la nuit où personne ne doutait de l’incendie qui ravageait une des résidences. La radio diffusait les dernières nouvelles pour mieux communiquer avec les ambulances et dégager la route un maximum pour permettre le passage du van. Ce n’était pas la première fois que je montais dans ce camion rouge étant donné les divers formations qu’on a pu passé avant d’avoir officiellement le titre de sapeur pompier. Je me souviens encore de la première fois que j’en ai aperçu un dans la rue lorsque j’étais plus jeune et maintenant, je me dis souvent que j’ai eu beaucoup de chance d’avoir pu faire le métier que je voulais depuis toujours.
Continuer la lecture

Partenaires