Archives mensuelles : avril 2012

Une fin de séjour stressante

Cette histoire s’est déroulée pendant les grandes vacances, alors que j’étais partie en séjour avec des jeunes issus de quartiers défavorisés en tant qu’animatrice. Il s’agissait de jeunes qui n’avaient pas l’habitude de quitter la banlieue parisienne et qui ne connaissaient de la campagne que les images que leur proposait la télévision.
Nous étions 3 animateurs et un directeur de séjour pour 16 jeunes, conditions idéales pour travailler !!
Le séjour durait une semaine et se situait dans l’Yonne, une région de la France très verdoyante, le cadre était magnifique. Nous étions hébergés dans une base de loisirs constituée de deux chalets dortoirs, les filles séparées des garçons, et d’un troisième chalet comportant la cuisine, la salle à manger et la salle d’activités.
En tant qu’animatrice, j’organisais avec mes collègues des activités, notamment des veillées, qui consistaient en des jeux et des discussions mis en place avant le coucher.
La veille du départ, en fin de soirée alors que nous venions de terminer un match d’impro*, quatre filles sont sorties de la salle en courant et en riant, et se sont rapidement éloignées avant que nous n’ayons le temps d’intervenir.

Continuer la lecture

Un matin de plaisir

Cette nuit là, j’étais particulièrement fatigué parce que je n’avais pas pu dormir de la journée et c’était ma deuxième nuit blanche d’affilée à cause de mon travail.

Vers trois heures et demi du matin, alors que j’étais de plus en plus somnolent, une petite Twingo rouge déboule à toute vitesse au parking abonnés. Je la suis sur les caméras de surveillance et elle finit par se garer sans encombre sur une place réservée aux employés du centre commercial avoisinant.

La procédure exige normalement que j’aille vérifier si la personne qui se gare sur ces places est réellement abonnée, mais aux vues du spectacle, je n’en fît rien.

Deux somptueuses méditerranéennes commençaient à s’embrasser et à se toucher dans la Twingo.
Pris d’excitation soudaine, je glissai ma main dans mon pantalon et tel un bourreau, fit mon office.

Cinq minutes après, alors que j’étais au bout de ma peine et que les vitres de la Twingo commençaient à devenir trop embuées pour que j’y vois quelque chose,

Continuer la lecture

Partenaires