Archives mensuelles : avril 2012

Rencontre virtuelle au bureau

A 322 mètres de hauteur je suis, au 43ème étage je suis établis, premier bureau à droite. J’ai été muté à New York il y a 2 ans au service exportation dans une grande boîte de communication.
Mon siège est en cuir, mon écran d’ordinateur dernier cri, un chien en plastique qui oscille la tête quand on le tapote, une secrétaire dévouée et pourtant il me manque quelque chose.
Mon appartement est au cœur de Manhattan mais ses murs me paraissent chaque jour plus gris et je ne me fais toujours pas aux mœurs Américaines. Ma seule compagnie, une fois mes collègues carriéristes quittés, est ma chienne Dora. Mes week-ends sont bières et films, jogging et ennui.
C’est alors que j’ai décidé à tout hasard de m’inscrire dans l’ère du temps en créant une fiche profil sur un site de rencontre américain. Le site n’est pas réconfortant, des milliers de photos se suivent comme dans un supermarché… Refusant de m’arrêter au physique, je remplis mon annonce avec ceci : «  Martin, 31 ans mais crois en paraître plus, peut-être un peu macho mais semble être grand enfant inoffensif. Profession : délègue son travail. »

Continuer la lecture

Collaboration avec le vétérinaire

Je suis garde forestier depuis presque 12 ans dans les Pyrénées Occidentales. Depuis tout jeune, je rêve d’exercer ce métier, même si au final il n’est pas exactement comme je l’imaginais.
Ma profession consiste entre autre à veiller à ce que les promeneurs respectent la faune et la flore forestières, mais également à ce qu’ils soient en sécurité et à collaborer avec le vétérinaire de la région, des biologistes et j’en passe.
C’est ainsi qu’il y a deux mois, après le passage d’un orage, certaines branches d’arbres pendaient dangereusement. Il fallait donc les couper d’urgence avant qu’il n’y ait un incident !
Ce que je fis rapidement avec des collègues venus à la rescousse.
Ce que nous n’avions pas prévu, c’est qu’une branche était tombée durant la tempête sur un ours brun. Lorsque nous l’avons découvert, il gisait par terre, mal en point. Nous nous devions de le sauvé car nous savons tous que ce magnifique mais dangereux animal est en voix d’extinction. Il avait manifestement subi un choc, mais on ne pouvait pas voir quelle partie du corps était touchée.

Continuer la lecture

Partenaires